1956 est l’année où les voitures autonomes ont fait leur apparition

 

Imaginez votre voiture filant à toute allure sur l’autoroute, sa direction et sa vitesse étant automatiquement contrôlées par des capteurs électroniques, tandis que vous vous détendez. Rendant les voyages plus agréables et plus sûrs, les voitures à conduite autonome devraient en théorie débarrasser le monde des embouteillages, des collisions et de la fatigue des conducteurs. Le plus drôle, c’est qu’elles semblent encore tout droit sorties d’un film de science-fiction, mais la vérité, c’est qu’elles existent bel et bien, et qu’elles sont parfaitement fonctionnelles. Ce qui est encore plus déconcertant, c’est qu’elles existent en fait depuis des décennies, apparaissant à l’origine dès 1956.

 

Le concept existe depuis les années 20

Le concept de voiture autonome ou sans conducteur existe depuis les années 20, lorsque l' »Iinrrican Wonder » roulait dans les rues de New York. Des publicités pour des voitures sans conducteur étaient également en circulation, les journaux décrivant une scène où les passagers pouvaient profiter d’une partie de cartes dans la voiture pendant qu’elle se conduisait toute seule. En 1939, à l’exposition universelle de New York, les visiteurs font la queue sur plus de trois kilomètres pour voir l’exposition Futurama de General Motors. À l’intérieur, un tapis roulant les transportait au-dessus d’un paysage miniature qui représentait un monde de voitures contrôlées par des signaux radio, réparties sous un dôme de verre. GM a continué à promouvoir cette vision autonome dans les années 1950 avec la Firebird II, une voiture à turbine qui pouvait se conduire elle-même en suivant une « bande de contrôle électronique » intégrée à la route. Mais, ce n’était que le début.

 

La première du genre

En 1958, les ingénieurs du centre de recherche RCA de Princeton, dans le New Jersey, expérimentent une automobile sans conducteur qui se déplace en trottinant sur une piste d’essai électronique. Les éléments de la piste d’essai comprenaient une série de boucles de fils rectangulaires, un câble de guidage continu enterré sous la chaussée et une chaîne de circuits de détection transistorisés le long de la route, chacun relié à l’une des boucles enterrées. La route est essentiellement constituée de longueurs d’appareils électroniques et, en fait, se conduit elle-même. La « route électronique » peut détecter la présence de tout véhicule métallique sur sa surface et vous indique où se trouve le véhicule, à quelle vitesse il va et dans quelle direction. Si la voiture automatique commence à dévier sur le côté, le mécanisme détecte l’erreur et envoie un message correctif au mécanisme de direction.

Dans les années 1960′, un projet de l’Université d’État de l’Ohio a également ouvert la voie aux véhicules automatisés qui peuvent être activés par des dispositifs électroniques dans la chaussée, similaires au mécanisme utilisé par le centre de recherche RCA. La voiture contenait des équipements qui lui permettaient de rouler sur une autoroute, de tourner, de ralentir ou d’accélérer selon les besoins et par elle-même. Le système automatique était en préparation depuis six ans sous la direction du Dr Robert L. Cosgriff, chef du laboratoire des systèmes de communication et de contrôle de l’Ohio State. Le coût du système n’était pas très prohibitif, puisqu’il fallait une valise pleine de composants pour construire la voiture qui ne coûterait que quelques centaines d’euros, soit nettement moins cher qu’une Toyota Supra, par exemple. 

 

Les voitures autonomes d’aujourd’hui

Aujourd’hui, la voiture sans conducteur de Google est un projet qui a développé une technologie pour les voitures autonomes. Le logiciel qui alimente ces voitures autonomes de Google est appelé Google Chauffeur, avec un laser à 64 faisceaux monté sur le dessus de la voiture pour servir de télémètre. Le laser permet au véhicule de construire des cartes extrêmement détaillées de l’environnement qui l’entoure, qui sont combinées avec des cartes haute résolution permettant à la voiture de se conduire elle-même.

Le système conduit à la limite de vitesse enregistrée sur ses cartes et maintient toujours une distance de sécurité avec les autres véhicules grâce à sa pléthore de capteurs. En cas d’urgence ou d’imprévu, le système de conduite autonome prévoit également une commande prioritaire qui permet au conducteur de reprendre le contrôle de la voiture. Selon le chef du projet de voiture autonome de Google, les Prius et Lexus de Google sont plus sûres que les conducteurs humains.

De nombreux partisans affirment que les voitures autonomes pourraient révolutionner la façon dont nous nous déplaçons dans nos villes, en supposant que la technologie soit gérée de manière à ce qu’elle profite à tous. Comme nous l’avons clairement vu, les voitures autonomes ne sont pas une idée nouvelle et sont définitivement là pour rester alors que nous nous dirigeons vers l’avenir.