Alcool et volant : un duo dangereux à éviter

Alcool et volant
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

De nombreux accidents de la route sont associés à l’alcool. Voici un article qui va vous aider à vous abstenir de boire lorsque vous conduisez. N’hésitez pas à le partager à votre entourage pour que tout le monde soit en sécurité sur la route.

Comment l’alcool affecte votre capacité à conduire ?

L’alcool affecte votre capacité à conduire. Vous êtes plus à risque d’avoir un accident après avoir bu. En effet, même après un verre, l’alcool affecte :

  • le temps de réaction ;
  • la coordination ;
  • la concentration ;
  • le jugement ;
  • la vision.

Plus il y a d’alcool dans votre organisme, plus cela affecte votre capacité à conduire. Alors, si vous prévoyez de conduire, il est préférable de ne pas boire du tout. Sur www.institutadios.com, vous pouvez trouver des astuces pouvant vous aider si vous souhaitez arrêter de boire.

Les limites légales d’alcool au volant que vous devez savoir

La concentration d’alcool dans le sang est une mesure de la quantité d’alcool dans la circulation sanguine.La limite actuelle d’alcool au volant est un taux d’alcoolémie de 0,05. Pour les conducteurs professionnels, apprentis et novices, la limite est de 0,02.

D’après un article publié sur Salon PTS, la plupart des gens auront un taux d’alcoolémie de 0,02 à 0,05 après un verre standard. Un alcootest mesure des micro-grammes d’alcool par 100 millilitres d’haleine. La limite légale est de 22 microgrammes.

La conduite, les médicaments et les drogues illégales

Les drogues légales et illégales peuvent affecter votre capacité à conduire. Elles peuvent également augmenter les effets de l’alcool. Si vous prenez des médicaments, lisez la notice d’information, demandez à un pharmacien ou encore à un médecin si vous pouvez conduire en toute sécurité. En cas de doute, il vaut mieux ne pas conduire du tout.

Conseils de sécurité

Vous souhaitez vous rendre à une soirée ? Vous êtes sûr d’y prendre quelques verres avec vos amis, voici quelques conseils pour vous aider à rester en sécurité :

  • ayez un chauffeur qui ne boit pas ;
  • renseignez-vous sur les transports en commun avant de sortir ;
  • prévoyez un budget pour un taxi ;
  • ayez un plan de secours pour rentrer à la maison : un ami ou un parent que vous pouvez appeler ;
  • prenez des dispositions pour être ramassé ;
  • évitez de monter à bord d’une voiture d’une personne qui a bu.

Vérifiez également votre capacité à conduire le lendemain

Une nuit tardive peut encore affecter votre capacité de conduire le lendemain. La vitesse à laquelle votre corps brûle de l’alcool est un trait personnel qui varie considérablement d’un individu à l’autre. L’estimation la plus couramment utilisée est que l’alcool brûle à un taux de 1 gramme par heure pour 10 kilos de poids corporel.

Même si vous n’avez plus d’alcool dans le sang, les symptômes de la gueule de bois peuvent également avoir un impact négatif sur votre capacité à conduire. Lorsque vous vous sentez fatigué après une mauvaise nuit de sommeil, vous ne serez pas aussi attentif que d’habitude. Cela va alors augmenter votre risque d’avoir un accident.