Code de la route : comment reprendre confiance suite à un échec ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Chaque année, un très grand nombre de candidats échouent au Code et cet échec crée en eux énormément de frustrations, de doutes et suscite bien des désistements. Pourtant, ce revers, loin d’être une raison de lâcher prise, devrait plutôt être une motivation supplémentaire pour redoubler d’efforts. Vous ne devez donc surtout pas vous arrêter sur un non. Focus alors sur quelques pistes à creuser afin de reprendre confiance en vos compétences et repartir au plus vite à l’assaut du Code.

Passez et repassez l’examen du Code à côté de chez vous

La sécurité routière est loin d’être une mince affaire. Par conséquent, l’examen du Code se doit d’être des plus exigeants et s’il ne l’était pas, la sécurité des usagers de la route serait fortement mise en péril. Vous ne devez donc pas vous morfondre indéfiniment, car d’une part, l’examen du Code est extrêmement sélectif. D’autre part, il faut savoir que vous êtes très loin d’être le seul dans cette situation.

La belle preuve est que généralement, le taux de réussite au Code ne dépasse que très légèrement les 50 %. Cet échec ne doit donc pas être pris comme s’il s’agissait d’une fatalité ; loin de là. Vous devez rapidement vous relever et préparer une nouvelle tentative. Reprendre le Code est d’autant plus simple puisque vous avez déjà une belle base et vous n’avez pas de nouveau dossier d’inscription à constituer. Vous partez donc avec une très belle longueur d’avance. Il vous faudra juste votre numéro NEPH et vous pouvez vous rendre sur www.objectifcode.sgs.com pour trouver un centre afin de passer l’examen du Code près de chez vous.

Code de la route, permis

Identifiez les causes de ce revers et corrigez-les

Vous devez donc accepter votre échec, mais surtout en tirer de bonnes leçons afin de remonter en selle. Dans cette optique, il est nécessaire dans un premier temps de faire une introspection sérieuse qui aura pour but de déterminer les causes de cet échec. La plus récurrente de toutes est le stress.

Le stress

Le stress qui accompagne une épreuve est parfois si grand qu’il arrive à totalement déstabiliser le candidat et à lui faire perdre tous ses moyens. Si vous vous retrouvez dans cette description, il est indispensable que vous appreniez à gérer votre stress. Stresser, ce n’est pas si mal en soi. La crainte de se louper pousse bien souvent à redoubler d’effort dans les révisions.

Cependant, un stress qui vous déstabilise est un problème auquel il est nécessaire de trouver une solution. On recommande donc de pratiquer une activité de détente la veille de l’examen. Sortez alors vous amuser avec vos amis ou organisez une soirée cinéma par exemple. Faites tout ce que vous pouvez la veille du Code dans l’optique de relâcher un tant soit peu la pression avant le moment fatidique.

Une mauvaise préparation

L’autre raison la plus plausible est que vous n’ayez pas suffisamment étudié toutes les thématiques. Maîtrisiez-vous les règles de circulation routière ? Les premiers secours ? La mécanique du véhicule et ses équipements ? Ce sont autant de questions qu’il est nécessaire de se poser. Si vous vous retrouvez dans ce cas de figure, vous devrez mettre un peu plus de sérieux dans votre étude du Code de la route.

Il est également possible que ce soit la méthode d’étude en elle-même qui pose problème. Envisagez donc un changement d’auto-école ou alors de méthode. Une belle astuce dont vous devriez faire usage est de commencer votre entraînement à la conduite pendant que vous préparez le Code. La conduite supervisée vous permettra d’être confronté aux problèmes et vous aurez ainsi beaucoup plus de facilités à appréhender les questions et à leur trouver des réponses pertinentes.