Comment construire une MX-5 cyberpunk, sans ordinateur

Il était une fois, le concept automobile était strictement une forme d’art analogique, apportée par un stylo sur du papier. L’ère numérique a considérablement changé les choses, et si l’on ne peut pas feindre le talent, les derniers logiciels de rendu 3D donnent aux idées une vie des plus convaincantes.

C’est en se penchant sur des rendus automobiles réalistes de style cyberpunk que Alain a eu l’inspiration de créer sa propre pièce d’art automobile de science-fiction à quatre roues. Mais au lieu de le faire pixel par pixel sur un ordinateur, le jeune homme de 24 ans l’a fait pour de vrai à l’intérieur d’un petit garage dans la campagne.

« Je travaille sur des voitures depuis l’âge de 13 ans » dit Alain. Ma construction précédente était une S13 Silvia avec un échange de moteur FJ22ET unique en son genre. C’était une construction en sommeil assez difficile où je me suis concentré entièrement sur le moteur et le châssis, mais après cinq ans de travail sur ce projet, j’ai voulu m’essayer à la carrosserie personnalisée. Entre autres choses, j’ai été un grand fan du genre cyberpunk et j’ai grandi avec des films et des séries comme Bladerunner, Akira, Ghost in the Shell etc… donc une grande partie de cette influence a motivé cette construction. »

Utiliser la vénérable Mazda MX-5 de première génération comme base pour la construction était une évidence pour Alain. « Il y a beaucoup de gens qui font des rendus de voitures cyberpunk, mais je voulais vraiment essayer dans la vraie vie. J’ai opté pour une MX-5 parce que c’est la parfaite voiture de sport des années 90 à propulsion arrière, et parce qu’elle a des phares escamotables. »

En revanche, les précédentes constructions de Alain, qui, en plus de la Silvia 88 précédemment mentionnée, comprenaient une Honda Integra 93 et une Mitsubishi Lancer GSR 96, ont toutes été assez sobres. Avec la MX-5, l’idée était de sortir des sentiers battus et d’expérimenter de nouvelles choses, et Alain espère que sa construction encouragera les autres à ne pas avoir peur de faire de même.

Les autres modifications et touches personnalisées comprenaient la découpe et la soudure des ailes d’origine pour accueillir les roues et les pneus, et la création d’une lèvre avant de style GV, d’une bouche d’aération du capot moulée sur mesure et de canards avant. Des rétroviseurs d’aile de style F1 ont également été ajoutés, ainsi qu’une queue de canard et un aileron de toit personnalisés en 3 pièces, et une aile de 1 450 mm avec des supports personnalisés en polycarbonate transparent de 6 mm. La liste continue avec des phares surbaissés personnalisés et une barre de feux à LED haute puissance, un refroidisseur d’huile externe (cosmétique uniquement), un éclairage LED sous-glow, et des travaux de peinture, d’enveloppement et de décalcomanie personnalisés.

Il n’y a jamais eu qu’une seule direction qu’Alain pouvait prendre avec les roues, et ces créations personnalisées ont été parfaitement exécutées. Ce sont des steelies 38×25cm -50 offset, construites à l’aide de centres de roues d’usine de Suzuki Swift pressés et soudés en barils de speedway, montées avec des Toyo Proxes R888R en taille 225/45R15. Alain explique que ses protections aérodynamiques en fibre de verre fabriquées à la main ont été inspirées par les roues de turbofan des voitures de course des années 80 et 90.

Le thème cyberpunk se poursuit à l’intérieur, qui a été décapé et repeint en argent avant d’être reconstitué. Ici, Chris a ajouté un panneau d’interrupteurs personnalisé en acrylique fumé (et rétroéclairé), un éclairage LED et des jauges, entre autres détails. Le point culminant, cependant, est le  » cyberdeck  » monté sur mesure.

Vous vous demandez peut-être ce qu’il y a sous le capot de cette création unique mais ne vous emballez pas trop, car pour l’instant, c’est le moteur quatre cylindres B6ZE 1,6 litre de série de la MX-5, amélioré seulement par un silencieux de moto Yoshimura. Chris a cependant quelques projets, et ils s’inscrivent parfaitement dans le thème de la construction. « Une fois que j’aurai l’argent pour le faire, le [Mazda]moteur sera échangé contre un moteur électrique, » dit-il. La conversion comprendra probablement un kit moteur Hyper 9 120V AC bon pour 120hp et 173ft/lb, et une disposition de batterie personnalisée ‘hot swap’.

Il a fallu 18 mois pour amener la MX-5 à ce point, et le crédit où le crédit est dû, parce que Alain a fait un travail impressionnant de celui-ci. En plus de la conversion EV et de quelques autres petits changements, l’avenir de la voiture comprendra l’abandon du wrap pour une peinture extérieure complète, une carrosserie large Ver.2 avec des jupes latérales et, espérons-le, un statut légal pour la route une fois de plus.

Et puis il y a le van Mitsubishi L300 de Chris 00, un futur projet sur le thème du bosozoku. Mais ce sera une autre histoire…