Panda Fiat : Tout sur ce modèle atemporel

Vue d’ensemble : Qu’est-ce que c’est ?

Le territoire d’origine de Fiat. Elle est à son meilleur niveau pour construire de joyeuses petites voitures de ville – la Panda et la 500, en gros – et chaque tentative de faire une plus grosse voiture se solde généralement par un « bon mais vous préférez avoir une ____ ». La Panda, par contre, est une voiture solide. Une petite voiture toujours sans prétention, utile et charmante, avec une longue durée de vie. La Panda actuelle est en vente depuis 2011 et il n’y a pas encore de signe qu’elle ait été détruite. (On peut tuer une Panda ? Elle est sûrement protégée…). Pour en savoir plus cliquez ici.

En fait, le Panda vient de devenir un hybride. C’est la grande nouvelle. Sauf que le système hybride est si doux, c’est comme brancher la pile d’une montre-bracelet. Le marketing de Fiat « regardez comme nous sommes verts » est inutilement lourd, mais nous pensons que chaque petit geste compte.

La gamme Panda est en fait un peu gourmande. Il y a la Panda à traction avant standard, qui coûte moins de 11 000 €, puis la Panda Cross, plus robuste, qui coûte 13 655 €, et enfin une véritable Panda 4×4 à quatre roues motrices, qui coûte un peu plus de 15 000 €.

Vous pouvez aussi combiner le groupe motopropulseur de la Panda 4×4 avec le style touffu de la Panda Cross, pour près de 17 000 €. C’est inutilement compliqué, mais heureusement, la vie est facilitée par le fait que chaque Panda est recommandable. Restez simple, pas cher, et décidez simplement si vous voulez ou non avoir un 4×4 à portée de main pour les temps glissants.

À l’intérieur, très peu de choses ont changé depuis 2011. Vous ne pouvez donc pas avoir Apple CarPlay ou Android Auto (mais vous pouvez brancher votre téléphone sur un support situé sur le tableau de bord, ce qui est un peu la même chose. Mais bon, ça veut dire qu’il n’y a pas d’écran tactile natif à l’intérieur, juste beaucoup de boutons tactiles. Il y a aussi beaucoup d’espace, pour une voiture de ville.

Tout est très… arrondi. Surtout le style. Vous aimez les écureuils ? Ce sont des cercles carrés, boomer. Si tu aimes les écureuils, tu les as…

Conduire : Comment est-ce que c’est sur la route ?

C’est une voiture italienne qui fait bien la part des choses. La suspension Pert fait preuve d’un esprit charmant lorsqu’elle sillonne la ville et elle peut même faire naître un sourire hors des limites de la ville. Le compromis est une conduite plus ferme que, disons, une VW Up, mais nous pensons que cela en vaut la peine. Comme auparavant, il y a un bouton « City » pour rendre la direction ridiculement légère, mais nous ne savons pas pourquoi Fiat pense que vous voudriez échanger l’interaction. Vous pouvez littéralement faire tourner le volant tout seul, c’est cette lumière.

Vous supposez que la Panda est un petit jouet bizarre sur la route, n’est-ce pas ? En fait, c’est plutôt mieux que ça – mais ça fait quand même rire. C’est le génie du panda. Elle semble plus imposante – plus « grosse voiture » qu’une Skoda Citigo ou une Peugeot 108 – mais le roulis comique de la carrosserie et la maniabilité spirituelle et décontractée font qu’elle est aussi un rayon de soleil par temps couvert.

Ce n’est évidemment pas une voiture dans laquelle on veut prendre un virage trop rapidement. Les sièges sont plats, ce qui facilite l’accès et la suspension est réglée pour que les roues restent sur la route, et non pour établir des records du tour du Nürburgring comme c’est le cas aujourd’hui.

Heureusement, les moteurs sont utiles pour ne pas prendre de virages aussi rapides. Il n’y a pas de rapide. Le cœur de la gamme, nouveau pour 2020, est l' »hybride ». Elle combine un moteur à essence trois cylindres à aspiration naturelle et une batterie de 12 volts, qui se recharge lorsque vous décélérez au moyen d’un démarreur-générateur à courroie. Le vilebrequin du moteur est ensuite stimulé par la courroie de transmission lorsque vous voulez démarrer. Le résultat est que l’énergie, autrement gaspillée sous forme de poussière de frein, est stockée à bord et aide le moteur trois cylindres à aspiration naturelle lorsque vous voulez accélérer rapidement.

Fiat affirme que le système ajoute précisément une puissance de freinage de plus aux sorties de la voiture que le vieux 1,2 litre qu’il remplace ostensiblement – il délivre 69 ch et 68 lb-pi. Il n’y a donc pas de surcharge électrique lorsque vous démarrez. Le moteur est assez nerveux, mais la voiture n’est pas particulièrement nerveuse. On parle de 0-60 en 15 secondes environ, et d’une vitesse de pointe qui n’a rien d’un triple chiffre.

Et puis il y a les compromis qu’elle demande à votre style de conduite. Pour obtenir une efficacité optimale, Fiat veut que vous rouliez en roue libre – au point mort – quand elle vous le demande.

À moins de 18 km/h, cherchez l’invite « N » sur l’écran, puis passez au point mort. C’est assez peu intuitif, mais c’est sûr, le moteur s’arrête et la voiture roule en roue libre bien plus sereinement que si le frein moteur la ralentissait.

C’est très bien, si vous vous arrêtez à un point mort. Mais si le feu passe soudainement au vert, vous devez alors enclencher la première ou la deuxième vitesse tout en roulant. Et le frein moteur secoue la voiture, tandis que vos passagers et les autres automobilistes sourient de votre incapacité à conduire correctement.

Pour adoucir le tout, vous actionnez l’accélérateur, car la voiture de course, en passant au point mort, annule tout avantage écologique. Il est fort probable que vous ne vous en soucierez pas.

A l’intérieur : Mise en page, finition et espace

Boutons ! Boutons ! Cadrans ! Pas un écran tactile en vue ! Bienvenue en 2011. Non pas que ce soit une mauvaise chose. L’intérieur de la Panda est aussi charmant que sa carrosserie, mais il est aussi très tactile et convivial, comme l’un de ces téléphones portables à gros boutons vendus aux retraités au dos des magazines de guides télé. Il y a tout ce dont vous avez besoin, et rien que vous n’ayez pas.

Bien sûr, ce n’est pas une grande peluche. Le grand vide ouvert dans le tableau de bord, au-dessus de la boîte à gants, est en plastique dur, ce qui fait que les objets durs qui y sont glissés font du bruit. Les portes sont fines et se ferment avec un creux assez important. Il n’y a pas d’interface native pour smartphone, pas de modes ou de réglages, ni de porte-gobelets éclairés par la lumière ambiante. Mais il y a une robustesse et une grosseur dans les accessoires et les garnitures qui, bizarrement pour quelque chose de petit, bon marché et italien, semble construit pour durer. Le Panda a toujours privilégié le côté pratique au détriment du style, contrairement à ses 500 frères et sœurs. Elle n’a que cinq portes.

Elle est également grande pour une voiture de ville. À l’arrière, les genoux des adultes sont un peu serrés, mais pour les enfants, c’est parfait. Les portes offrent des ouvertures généreuses et beaucoup de surface vitrée, ce qui rend la voiture lumineuse et aérée. Le volume du coffre est de 225 litres avec les sièges relevés – c’est plus qu’une Mini Cooper – et de 870 litres avec les sièges baissés, mais attention, il n’y a pas de garniture à l’arrière des sièges, ce qui fait que les objets qui glissent sur la finition métallique de la carrosserie risquent de les rayer. C’est payant d’avoir un chien bien entraîné. Ou bien des tapis caoutchoutés munis de velcro.

Le bruit du vent est, sans surprise pour un objet aussi bluffant, assez prononcé, mais selon toute vraisemblance, vous ne chancellerez pas trop souvent sur l’autoroute dans un Panda. Il est tout aussi rapide de traverser les voies de derrière – et les champs boueux – à la place.

Posséder : Coûts de fonctionnement et fiabilité

Les lignes de garniture Pop, Easy et Lounge sont à l’image de la 500 : choisissez Easy pour obtenir la climatisation, le verrouillage à distance, les barres de toit et une meilleure stéréo.

Aucune Panda ne sera chère à conduire : l’Hybride revendique près de 50mpg (nous avons vu 40mpg en test) et des émissions de CO2 probablement inférieures à 100g/km. Il est amusant de constater que le moteur TwinAir a été classé WLTP et que son économie officielle est maintenant de 38,7 mpg, et non plus de 70 mpg. Cela montre à quel point l’ancien cycle d’essai était devenu une erreur. Le diesel de 1,3 litre a, à la surprise de personne, été complètement abandonné.

Si les prix ne sont pas élevés, les niveaux des kits standard ne le sont pas non plus. Il n’y a pas de système de navigation par satellite (très bien, vous utiliserez votre téléphone de toute façon) ni de caméra de recul, même en option, et l’absence d’assistance au maintien de la trajectoire signifie qu’il est relégué au rang de véhicule trois étoiles de l’EuroNCAP pour la sécurité en cas d’accident. Vous pouvez cependant opter pour des sièges chauffants, un pare-brise chauffant, un système de freinage d’urgence automatique et une radio DAB. Nous avons choisi le Panda Cross, uniquement parce que la plaque de protection à l’avant est si distinctive. À l’intérieur, les garnitures en tissu sont accueillantes et résistantes – optez pour un tableau de bord marron si vous le pouvez – l’intérieur est d’autant plus accueillant.

Verdict : Dernières réflexions et choix de la gamme

Fiat a fait revivre sa voiture de ville. Mais ne l’a pas réinventée. Fiat intelligente : il n’y avait pas besoin. Elle est meilleure que jamais

Nous aimons beaucoup le Panda, à cause de son honnêteté. C’est une voiture utile, pleine de caractère, joyeuse, qui était, jusqu’à très récemment, totalement exempte de toute forme de marketing. C’est pourquoi le stratagème maladroit de Fiat qui consiste à dire « regardez, c’est une hybride ! » avec un moteur d’un litre pique un peu, parce que l’électrification est si faible qu’il est injuste et presque fallacieux de prétendre que la voiture a deux sources d’énergie. Mais cela ne gâche pas la voiture avec un surpoids, des complications et des coûts supplémentaires, et ce genre d’échappatoire permet aux voitures de cette taille de rester viables, et c’est tant mieux. C’est une petite voiture avec un grand espace, une véritable capacité tout-terrain, des côtes bon marché et un sens de la non-agression qui rend vraiment rafraîchissant d’être à l’intérieur et d’être vu à l’intérieur. Elle est également bien assemblée et conserve sa valeur de manière respectable. Ne vous faites pas avoir par une Dacia Sandero ou un Suzuki Ignis avant d’avoir essayé l’un d’entre eux – c’est un mini héros TG..