Depannage auto : 10 conseils pour un bon service de réparation

Récemment, j’ai suivi un cours de base en mécanique automobile afin de devenir plus doué pour les roues. De plus, je voulais créer des liens avec mon fils adolescent. Je n’ai pas grandi en faisant des roues dans les parkings ou en apprenant à réparer des voitures. Tout cela était nouveau pour moi. Cliquez ici pour en savoir plus.

Le manuel du propriétaire de nos véhicules est la « bible oubliée » et s’en servait comme guide de base pour la réparation automobile. Ayant auparavant considéré le manuel du propriétaire comme un livre surdimensionné et bien trop compliqué, j’ai été ravi d’apprendre qu’il était à la fois convivial et plein d’informations précieuses.

Principe, qui accorde des Ferraris et anime le programme audio Auto Lab, m’a donné des indications sur ce qu’il faut (et ne faut pas) rechercher quand on a besoin d’un service de réparation automobile. Voici 10 conseils pour vous aider à démarrer, sans ordre particulier car tous sont utiles :

1. Lisez le manuel du propriétaire.

Oui, c’est la bible de votre voiture ! Savoir où trouver rapidement des informations peut vous aider à identifier les causes d’un problème. Vous pouvez même éviter de vous rendre chez le mécanicien si vous découvrez que votre « problème » provient d’une mauvaise compréhension des commandes de votre voiture. Outre la connaissance de la marque et du modèle de votre véhicule, il est également utile de disposer du niveau de finition spécifique pour le technicien, car cela permet souvent d’identifier la taille et la configuration du moteur, la transmission et d’autres caractéristiques incluses qui varient d’un modèle à l’autre. Soyez attentif à la peinture extérieure et aux codes de couleur intérieure au cas où une réparation de la carrosserie ou de la sellerie serait nécessaire. Gardez votre numéro d’identification du véhicule (NIV) à portée de main, car ce code sera probablement nécessaire pour planifier le service.

2. Décidez entre le garage du coin indépendant et le service après-vente de la concession.

Les techniciens du concessionnaire sont des spécialistes ; ils sont formés par le constructeur et travaillent généralement exclusivement sur votre marque de véhicule. La plupart des concessionnaires disposent d’un programme de formation continue pour le personnel de service, qui comprend non seulement les techniciens de service mais aussi le directeur du service, les conseillers et le personnel de soutien. Mais le service de service du concessionnaire est généralement le plus coûteux.

Et cela ne signifie pas que les concessionnaires disposent toujours des meilleurs techniciens. De nombreux services de réparation automobile indépendants sont créés par d’anciens employés de concessionnaires qui veulent exploiter leur propre atelier de réparation.

3. Gardez vos dossiers en ordre et emportez-les avec vous.

Ayez des dossiers sur tout ce que vous faites pour entretenir votre voiture – et gardez-les dans la voiture si possible. Des registres bien tenus peuvent contribuer à diagnostiquer correctement un problème de véhicule du premier coup. Des dossiers incomplets peuvent entraîner des réparations automobiles superflues qui vous font perdre du temps et de l’argent. Un véhicule dont l’historique des réparations est bien documenté indique également à votre mécanicien que vous appréciez un travail de premier ordre effectué aux intervalles recommandés et que vous avez fait votre part pour maintenir votre véhicule dans un état optimal.

4. Le technicien est-il formé sur la marque de votre véhicule ?

Les voitures et les camions sont aujourd’hui des machines extrêmement complexes, et leurs caractéristiques uniques varient fortement d’une marque à l’autre. Il est essentiel de s’assurer que votre technicien a reçu la formation appropriée pour votre véhicule spécifique, car des outils et procédures spéciaux – dont beaucoup ne sont pas facilement accessibles au mécanicien automobile « moyen » – sont nécessaires pour entretenir correctement votre voiture.

5. Le technicien d’entretien est-il certifié A.S.E. ?

Deux fois par an, le National Institute for Automotive Service Excellence offre aux professionnels de l’industrie automobile la possibilité d’obtenir la certification A.S.E.-. En passant un test écrit et en ayant au moins deux ans d’expérience professionnelle dans le domaine des services de réparation automobile, les mécaniciens automobiles obtiennent la certification A.S.E., ce qui les place parmi les meilleurs praticiens du secteur. Il est important de se renseigner sur les titres de compétence de l’A.S.E., car cette désignation permet de mieux garantir la compétence de votre futur mécanicien automobile.

6. Renseignez-vous sur les prix et les taux de main-d’œuvre.

Avant de remettre vos clés au service après-vente, assurez-vous de déterminer le taux de main-d’œuvre. Les magasins affichent généralement le taux dans un endroit bien visible, alors soyez attentif et posez des questions si vous êtes confus. Assurez-vous de bien comprendre la façon dont vous serez facturé pour une réparation automobile. De nombreux ateliers facturent en fonction des temps de réparation estimés par le constructeur. Une réparation que le technicien de service juge « mineure » peut en effet être un travail de toute la journée selon les spécifications du fabricant.

7. Posez des questions. Beaucoup de questions.

Ne soyez pas intimidé. Posez des questions sur les raisons pour lesquelles quelque chose doit être réparé ou sur le fonctionnement d’une technologie. En tant que client, vous avez le droit d’être mieux informé sur votre véhicule.

8. Demandez des pièces d’origine

Chaque fois que des pièces doivent être remplacées, veillez à demander des composants d’origine plutôt que des pièces génériques. Le maintien des spécifications exactes du fabricant est important pour obtenir des performances optimales. L’attrait du bas prix des pièces de rechange incite souvent les clients à renoncer à la qualité d’origine, mais dépenser les dollars supplémentaires pour des équipements approuvés en usine maintenant peut faire une grande différence à l’avenir, notamment en termes de longévité du véhicule.

  1. 9. Ignorez le mythe de la mise au point à 150 000 km.

« Elle n’existe pas » « Chaque véhicule a un calendrier de mise au point spécifique recommandé par le constructeur. Plus vous gardez les systèmes propres, mieux le véhicule fonctionnera ».

Les variations de climat et de style de conduite dictent également la nécessité d’un entretien. Les trajets dans des conditions désertiques poussiéreuses obstruent rapidement les filtres à air, tandis que les trajets répétés sur de courtes distances peuvent user le système d’échappement, car l’humidité n’est jamais complètement évacuée. Les conditions de chaleur et de froid extrêmes exigent une plus grande attention au liquide de radiateur et à l’huile moteur.

10. Surveillez les signes d’avertissement.

Enfin, l’entretien d’une voiture est toujours un cas de caveat emptor – que l’acheteur prenne garde. « Si un mécanicien automobile ne vous regarde pas dans les yeux, parle de vitesse ou essaie de vous repousser, méfiez-vous ». « Il essaie de cacher quelque chose ou est simplement intéressé par le reçu de fin de semaine. »