Les voitures changeront plus au cours de la prochaine décennie qu’elles ne l’ont fait au cours du siècle dernier

Si l’apparence de nos voitures a changé au cours des 100 dernières années, la façon dont nous les conduisons n’a pas changé. Mais un changement fondamental est à venir. Au cours de la prochaine décennie, non seulement la façon dont elles sont alimentées et câblées aura radicalement changé, mais nous ne serons plus ceux qui les conduisent.

Certaines voitures sont déjà dotées de fonctions d’automatisation de base, mais les expériences automobiles actuellement menées par des entreprises comme Uber et Google ne représentent qu’une proportion minuscule des véhicules circulant sur nos routes. D’ici 2030, la voiture standard passera de la simple assistance au conducteur à la prise en charge complète de tous les aspects de la conduite dans la plupart des conditions de conduite.

Cette automatisation généralisée, ainsi que l’électrification et la connectivité accrue de la voiture et de la société, devraient bouleverser l’industrie automobile de manière importante, en affectant tout, de l’apparence et de la sensation des voitures à la façon dont nous passons notre temps à l’intérieur, en passant par la façon dont elles nous conduisent de A à B.

Une expérience de conduite très différente

La première grande différence que nous pourrions remarquer entre les voitures d’aujourd’hui et celles de 2030, ce sont leurs noms. Tout comme Apple et Samsung ont pris le contrôle d’un marché de la téléphonie mobile que Nokia et Blackberry dominaient autrefois, Tesla, Apple, Dyson et Google pourraient devenir les marques automobiles les plus reconnues du futur.

Ils auront probablement l’air très différents aussi. De l’extérieur, les grandes prises d’air et les grilles avant qui refroidissent nos moteurs à combustion ne seront plus nécessaires, tandis que les rétroviseurs latéraux seront remplacés par des caméras et des capteurs. Les rétroviseurs extérieurs seront remplacés par des caméras et des capteurs. Les fenêtres pourraient être plus grandes pour permettre aux passagers libérés de profiter de la vue, ou presque inexistantes pour préserver l’intimité. Le Mercedes-Benz Vision URBANETIC démontre ces nouveaux looks radicaux avec un véhicule modulaire qui peut changer de corps pour transporter soit des marchandises, soit des personnes.

Les intérieurs des voitures seront beaucoup plus flexibles, certains permettant de personnaliser la couleur, la lumière, l’intimité et l’aménagement en appuyant sur un bouton. Le récent concept-car 360c de Volvo envisage un espace multifonctionnel qui peut se transformer en salon, en bureau et même en chambre à coucher.

Les pare-soleil appartiendront au passé, le verre intelligent nous permettant de contrôler la quantité de lumière du jour entrante par simple pression sur un bouton. Les portes du concept-car Mercedes F015 sont même dotées d’écrans supplémentaires qui peuvent faire office de fenêtres ou de systèmes de divertissement.

De nombreuses voitures seront équipées de systèmes de réalité augmentée, qui superposeront des visualisations générées par ordinateur sur le pare-brise ou d’autres zones d’affichage appropriées, afin de soulager les nerfs du passager qui abandonne le volant en lui montrant ce que la voiture s’apprête à faire.

Les conducteurs pourront communiquer avec leur voiture par des commandes vocales ou gestuelles. Dans les modèles haut de gamme, nous pourrions même voir des premières versions d’interfaces cerveau-ordinateur, qui associeraient des schémas d’activité cérébrale à des commandes pour contrôler la voiture ou divertir les occupants. Une technologie similaire a déjà été utilisée pour contrôler des membres prothétiques et des fauteuils roulants.

Technologie de connexion

L’internet des objets, qui ne cesse de se développer, deviendra central dans la manière dont nos voitures intégrées nous déplacent et communiquent avec le monde extérieur. Des capteurs conçus pour reconnaître et communiquer avec des panneaux de signalisation améliorés, des marquages, des réseaux de caméras, des piétons et d’autres véhicules permettront aux voitures de synchroniser leurs mouvements, ce qui réduira la consommation de carburant et améliorera la fluidité du trafic. Les voitures pourront également aider les autorités à entretenir les infrastructures routières, par exemple grâce à des capteurs de pneus qui les informent de la détérioration de l’état des routes.

Lorsque les humains choisiront de prendre le volant, la technologie avertira les conducteurs des collisions imminentes avec d’autres usagers de la route et tentera de les éviter. Les améliorations de la technologie des capteurs thermiques sont susceptibles de permettre aux voitures de voir bien au-delà de la portée d’éclairage des phares des voitures. Si elles sont suffisamment normalisées et font l’objet d’une législation, ces technologies devraient réduire considérablement le nombre d’accidents de la route – mais probablement après un pic initial.

Si les conducteurs ruraux resteront probablement propriétaires de leur voiture, les villes pourraient délaisser la possession d’une voiture au profit de l’utilisation de véhicules à la demande qui font passer le modèle Uber au niveau supérieur.