Une célèbre société de pneus a inventé une astuce pour faciliter la conduite des motos

L’un des plus grands noms du pneu, de la nourriture de qualité et des mascottes a une idée astucieuse pour votre moto.

Michelin est principalement connu pour trois choses : ses pneus, ses guides de restaurants et son iconique mascotte Bibendum, une pile de pneus anthropomorphique. Mais l’entreprise dispose d’un nouveau brevet qui pourrait révolutionner le monde de la moto – et les rendre bien plus confortables à vivre.

De nombreuses motos ne disposent pas de marche arrière. Ce n’est pas un énorme problème pour les petites motos légères, mais pour les plus lourdes, promener la moto pour les manœuvres à basse vitesse (comme reculer jusqu’à une pompe à essence ou une place de stationnement, ou charger une moto sur une remorque) peut être pénible.

La solution de Michelin, assez simple, fait appel à un rouleau alimenté par un minuscule moteur électrique. Le rouleau presserait contre la roue en appuyant sur un interrupteur monté sur le guidon, délivrant jusqu’à trois lb-pi de couple, déplaçant la moto à environ 1 kmh. Ce n’est pas beaucoup, mais assez pour faciliter la marche de la moto.

Le rouleau utiliserait une batterie rechargeable au lithium-ion de 3,6 volts, se logerait sous le garde-boue ou le garde-boue de la roue arrière et se monterait sur le bras oscillant. L’ensemble se fixerait facilement et serait autonome et conçu pour s’adapter à plusieurs vélos différents, ce qui en ferait un accessoire tiers convaincant.

Bien sûr, un brevet ne signifie pas que l’idée sera mise en production – les ingénieurs automobiles proposent tout un tas d’idées farfelues qui sont intéressantes mais qui ne sont jamais intégrées aux véhicules. Celle-ci, cependant, semble simple, pratique et très facilement réalisable.

Michelin brevette une aile arrière avec moteur d’entraînement auxiliaire intégré

 

Les ailes montées sur les bras oscillants font déjà double emploi, servant de garde-boue arrière et de support de plaque d’immatriculation, mais le fabricant de pneus  ; a une idée pour une troisième utilisation : comme système d’entraînement auxiliaire.

Michelin a déposé des brevets pour un moteur d’entraînement électrique qui peut être logé dans un garde-boue arrière serrant les pneus et qui pourrait aider aux manœuvres à basse vitesse – y compris en marche arrière.

L’idée est assez simple. Le brevet de Michelin propose un rouleau caché dans le garde-boue et alimenté par un petit moteur électrique. En appuyant sur un interrupteur à distance monté sur le guidon, l’ensemble s’incline légèrement pour appuyer le rouleau contre le pneu arrière. Le moteur fait tourner le rouleau, qui utilise ensuite la friction pour faire tourner le pneu arrière en avant ou en arrière.

Le brevet décrit le moteur comme un moteur à courant continu de 3,6 V capable de fournir un couple d’environ 2 à 4 Nm (1,5 à 3 lb-pi), ce qui, selon Michelin, serait suffisant pour faire ramper une moto à une vitesse de 1 km/h. Cela peut ne pas sembler beaucoup, mais ce n’est pas censé l’être.

Ce que cela ferait, c’est aider à faciliter la marche d’une moto dans ou hors d’endroits étroits, comme dans un parking ou près d’une pompe à carburant. Le brevet suggère également qu’il pourrait aider à monter des rampes, comme pour charger une moto sur un camion. Le faible niveau de puissance du moteur permettrait également d’éviter toute usure excessive des pneus, ce dont Michelin serait certainement conscient.

Le brevet décrit que le moteur est alimenté par une batterie lithium-ion rechargeable de 3,6V, 2Ah qui serait également montée dans le garde-boue.

Un avantage de cette conception est qu’elle est entièrement autonome et peut être montée sur la plupart des bras oscillants conventionnels. Cela aiderait Michelin à le commercialiser comme un kit d’accessoires facile à installer qui s’adapterait à une variété de motos.

Si la combinaison d’un garde-boue arrière et de supports de plaque d’immatriculation n’est pas votre style, le brevet de Michelin propose également une conception alternative, en appliquant l’idée à un garde-boue qui s’installerait devant le pneu.

Le brevet mentionne également comment il pourrait également être appliqué à la roue avant d’une moto, avec les pièces montées sur la fourche, mais il reconnaît qu’une configuration de roue arrière serait plus simple et traiterait moins de vibrations qu’une roue avant.

Comme dans la plupart des cas, avoir un brevet ne signifie pas nécessairement que nous verrons un produit fini. Ce que cela nous dit, c’est que certains ingénieurs de Michelin sortent des sentiers battus et que l’entreprise travaille sur autre chose que des pneus.