F1-67 nous donne un complexe d’infériorité

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

##MT##Automobile : F1-67 nous donne un complexe d’infériorité#/MT##

 

 

Le concept de base est le suivant : La sécurité est surfaite. Nous aimons ça.

 

Soyons francs, nous aimons les voitures de toutes sortes. Nous sommes à peu près prêts à tout essayer, et il n’y a pas beaucoup de véhicules que nous ne serions pas impatients d’attraper par la peau du cou pour faire le tour de notre vie. D’un point de vue personnel, j’ai conduit une Dodge Viper de première génération, une Lamborghini Murcielago LP640, une T-Bucket ’27 à moteur 427 et une Mazda RX2 équipée d’un V6 Ford 4.0L provenant d’un Ranger, rechargé avec le système biturbo d’une 300ZX. Aucune de ces voitures ne m’a vraiment fait peur. Aucune ne m’a fait douter de moi-même, et me demander si j’avais ou non ce qu’il fallait. Cette voiture, par contre, le fait.

Si vous avez besoin d’un moment, nous comprendrons totalement.

 

Voici leur philosophie de base : les Formule 1 des années 50 étaient correctes, avec leur approche à moteur avant, mais cela s’est amélioré dans les années 60, lorsqu’elles sont passées à des voitures à moteur mi-arrière. En 1967 et 68, ils ont atteint le sommet du design et de l’époustouflant avec des moteurs massifs à l’arrière… et très peu d’autres choses. À partir de ce moment-là, tout s’est dégradé, à cause de leur désir d’avoir plus d’aérodynamisme, des pneus plus collants, plus de force descendante. Bien sûr, c’est plus sûr, dit cette société, mais où est le plaisir de conduire un avion à l’envers ? Malheureusement, la possibilité de trouver une voiture de Formule 1 de 67 ou 68 est, eh bien, mince. Et par « mince », nous voulons dire « inexistante ». Et même si vous en trouviez une, le prix à payer se chiffrerait en millions. Voici donc leur solution : construire une réplique. Et quelle réplique ! La voiture est absolument magnifique, mais le concept qui la sous-tend, et l’ingénierie qu’elle renferme, sont encore plus beaux. Soyons francs : c’est aussi simple qu’ils peuvent le faire. L’idée est d’utiliser des pièces prêtes à l’emploi que tout le monde peut se procurer et sur lesquelles tout le monde peut travailler facilement. La voiture est conçue pour que vous puissiez l’emmener dans une série de courses vintage, ou dans un club de course automobile et vous amuser énormément sans vous soucier de détruire une machine de plusieurs millions de dollars.

La transmission fait office de mécanisme défensif, au cas où quelqu’un tenterait de monter dans votre trompette.

 

Alors, qu’avons-nous sous la peau ? Elle est propulsée par un V8 Chevrolet de série LS de 5,3 litres, avec des carburateurs Weber downdraft appropriés, et passe soit par la 4 vitesses d’une Porsche 911, soit par une nouvelle 5 vitesses ZFQ. Pesant un peu plus de 635 kg, il devrait avoir un rapport poids/puissance comparable à celui d’un F-14 Tomcat, par exemple. Mais sans les ailes. Le prix n’a pas encore été communiqué, mais nous avons contacté le fabricant pour obtenir de plus amples informations dès qu’elles seront disponibles, alors restez à l’écoute. Alors, qu’en dites-vous ? Êtes-vous assez « viril » pour l’essayer ? J’essaierais volontiers, mais je pense que j’aurais peur de mettre mon pied dedans comme je le ferais avec la plupart de mes autres expériences. Soudain, j’ai l’impression que je devrais aller prendre une bonne tasse de thé et me blottir sous une couverture pour l’après-midi. Je vais peut-être essayer de tricoter…