Tout savoir sur les véhicules autonomes

La technologie des véhicules autonomes a fait l’objet de milliards d’investissements, d’avancées spectaculaires et de tragiques rappels du chemin qu’il nous reste à parcourir. Jamais, depuis l’impression 3D, une technologie n’avait été aussi bien accueillie, annoncée comme susceptible de changer notre vie quotidienne, et si incomprise.

Actuellement, aucune entreprise n’est en mesure d’offrir une conduite entièrement autonome dans n’importe quelles conditions, sur n’importe quelle route, sans surveillance humaine. Vous laisser vous détendre pendant que votre voiture conduit est le but ultime, mais ce qui semble avoir échappé à la plupart des véhicules autonomes (AV), c’est à quel point nous sommes loin de ce but ultime.

Actuellement, vous pouvez voir une bifurcation de l’industrie en deux camps : Les entreprises qui introduisent des technologies très limitées pour la consommation publique (systèmes sophistiqués de régulation de vitesse), et celles qui ont débuté avec une technologie presque entièrement autonome mais dans des circonstances très limitées (navettes sur les campus universitaires).

Avant de plonger dans qui fait quoi, et à quel stade ils en sont, décomposons les différents niveaux de véhicules autonomes.

NIVEAUX

Niveau 1 – Assistance informatique des fonctions simples du conducteur (régulateur de vitesse, ABS, contrôle de stabilité)

Niveau 2 – Automatisation partielle d’un élément à la fois dans des circonstances limitées (freinage d’urgence automatique). Fonctions de conduite simultanées autonomes de niveau 3.

Niveau 3 – L’ordinateur gère deux ou plusieurs fonctions de conduite simultanées telles que le régulateur de vitesse et le maintien de la trajectoire (l’état actuel est accessible au public).

Niveau 4 – La plupart des fonctions de conduite sont automatisées, un humain n’est nécessaire que dans des circonstances exceptionnelles.  

Niveau 5 – Entièrement contrôlé par ordinateur en toutes circonstances sans intervention humaine. Pas de volant ? Pas de problème !

L’ÉTAT ACTUEL DE LA CONDUITE AUTONOME

Les leaders de la conduite autonome ont atteint le niveau 4 de la technologie, mais seulement sur des itinéraires prédéfinis et dans des circonstances spécifiques (jour, beau temps). Ces entreprises n’offrent que des navettes de campus ou des autobus pour les employés, et toujours avec des chauffeurs de sécurité humaine à bord. Les voitures autonomes que le public peut acheter et utiliser lui-même sont toujours au niveau 3 de la technologie, avec le système Super Cruise de Cadillac, le leader largement reconnu. Ce système fonctionne sur des autoroutes déjà cartographiées, mais c’est le seul système mains libres disponible pour la population en général.

LA TECHNOLOGIE À L’ŒUVRE

Chaque système de conduite autonome est construit sur une suite complète de logiciels et un ensemble de capteurs. L’apprentissage machine, les projecteurs lidar, les radars et les capteurs à ultrasons travaillent tous ensemble pour créer une carte vivante du monde sur laquelle une voiture qui se conduit elle-même peut naviguer. La plupart des entreprises dans la course à l’autonomie totale s’appuient sur les mêmes bases technologiques de base que lidar + radar + caméras + ultrasons, à quelques exceptions près.

Actuellement, aucune entreprise n’est en mesure d’offrir une conduite entièrement autonome dans n’importe quelles conditions, sur n’importe quelle route, sans surveillance humaine. Tesla et Nissan ont déclaré haut et fort leur opposition au lidar et s’appuient uniquement sur des caméras et des capteurs à ultrasons pour donner à leurs voitures une vision du monde. Ceci est en opposition directe avec tous les autres acteurs majeurs de l’espace audiovisuel, qui s’appuient tous sur lidar pour former un filet de sécurité multicouche avec caméras et ultrasons.

L’apprentissage automatique et l’IA sont des technologies qui ne sont pas contestées. La plupart des entreprises ont construit un environnement de simulation – une ville virtuelle pour ainsi dire – pour faire rouler leurs voitures et tester rapidement des scénarios rares ou des modifications matérielles. Ce qui permet à ces simulations d’être si précieuses, c’est une cartographie incroyablement détaillée des intersections, des routes et même des villes entières.

Les principaux acteurs

Uber

La division autonome d’Uber, l’Advanced Technology Group (ATG), a la triste distinction d’être responsable de la première mort d’un piéton par une voiture auto-tractée. En mars 2018, une combinaison de problèmes techniques et d’erreurs humaines a conduit la Volvo autonome de l’entreprise à rencontrer une femme alors qu’elle traversait la rue. ATG a immédiatement retiré de façon responsable tous ses véhicules d’essai de la voie publique et a commencé à enquêter afin de déterminer comment prévenir un tel incident. Uber pense que leur infrastructure existante leur donne un avantage compétitif dans la mise à l’échelle rapide de véhicules autonomes. En décembre 2018, l’entreprise a relancé une poignée de voitures dans trois villes. Nous avons parlé à l’équipe d’Uber et ils nous ont expliqué comment ils ont relancé leurs véhicules d’essai pour Digital Trends. Toutes leurs voitures sont maintenant dotées de deux  » spécialistes de mission « , qui se trouvent à l’intérieur de chaque véhicule pour surveiller tout ce qui se passe. 

L’entreprise a catégoriquement déclaré à Digital Trends que son objectif ultime n’est que le niveau 4 d’autonomie. En d’autres termes, ils s’attendent à ce qu’un humain soit toujours disponible et capable de sauver l’IA. C’est un aveu stupéfiant de la part d’une entreprise qui a dépensé des milliards pour poursuivre le rêve autonome, et qui montre à quel point le niveau 5 sera difficile (impossible ?). Uber croit que son infrastructure existante lui donne un avantage compétitif dans la mise à l’échelle rapide de véhicules autonomes une fois que la technologie de niveau 4 est prête pour le public. Ils ont raison sur ce point.

Tesla

Disponible sur les trois modèles proposés par Tesla, le système Autopilot est le système de niveau 3 le plus utilisé publiquement au monde. Cela place le public acheteur à la pointe de la technologie, mais en fait aussi des cobayes. La technologie AV de Tesla est en fait une suite de fonctions séparées pour des circonstances et des vitesses individuelles, conduisant beaucoup de gens dans le public à supposer à tort que les Tesla peuvent se conduire eux-mêmes. En fait, Consumer Reports a trouvé que le système était  » beaucoup moins compétent qu’un conducteur humain  » pour accomplir des tâches simples comme les changements de voie.

Cadillac

Grâce à la technologie de pointe de niveau 3 offerte au public, le système Super Cruise de Cadillac est la seule technologie de conduite mains libres offerte au public à l’heure actuelle. Ce qui manque au système de Cadillac par rapport aux différentes fonctions de Tesla, c’est d’être plus performant sur l’autoroute et d’être complètement mains libres. Plutôt que d’essayer de tout faire en même temps, Super Cruise est extrêmement capable d’accomplir sa seule tâche : conduire de façon autonome sur l’autoroute. Également une première dans l’industrie, le système Cadillac dépend d’une caméra qui surveille le conducteur pour s’assurer qu’il regarde la route. Si le système constate que le conducteur est distrait, un signal sonore retentit et le système commence un compte à rebours avant de se désengager.

L’AVENIR

La probabilité de voir un jour l’automatisation de niveau 5 dans toutes les conditions et sur toutes les routes est de plus en plus faible. Nous sommes plus susceptibles de voir un saut technologique qui évite les voitures personnelles avant d’atteindre le niveau 5. Nous sommes susceptibles d’expérimenter, et même de profiter, de l’automatisation des niveaux 4 et 5 dans des limites strictes comme les navettes et les livraisons. Assez bientôt même.

Nous devons limiter nos attentes en matière de voitures autonomes aux scénarios de conduite les plus monotones et les plus désagréables, plutôt que de conduire pour nous tout le temps. L’industrie du transport aérien s’attaque à ce problème depuis des décennies, et votre dernier avion avait encore au moins deux pilotes à l’avant. Nous conduirons nos voitures pendant un certain temps encore.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *